Les grottes du Caglieron sont situées au lieu-dit Breda dans la commune de Fregona (département de Trévise). L’ensemble est formé par une série de cavités d’origine naturelle et une partie artificielle. Les premières sont constituées d’un important gouffre provoqué par le torrent Caglieron. Leur base est composée par plusieurs couches d’agrégats calcaires, des arénifères (grès) et des marnes de la période Miocène moyen. Les cavités artificielles ont été provoquées le long des siècles par la main de l’homme. Les « scalpellini » ou tailleurs de pierres ont extrait la pierre locale pour la construction des maisons et des édifices. Les grottes sont enjolivées par de nombreuses cascades, hautes de plusieurs mètres, aux pieds desquelles se sont formés d’énormes marmites. Dans l’emplacement le plus profond du gouffre, nous pouvons admirer sur les parois des concrétions calcaires qui ferment par endroits et en partie la voute elle-même. Tout ceci donne à l’ensemble l’aspect d’une grotte. L’éboulement des parois du gouffre explique probablement la fermeture de la gorge du ravin en forme de grotte. L’arc naturel a été cimenté au cours des siècles par le travertin.

Sur le côté du gouffre s’ouvrent d’importantes cavités artificielles provoquées par l’extraction du grès (ou pierre arénifère) appelée « piera dolze » ou pierre tendre. Le travail de l’extraction remonte au XVIème siècle voire même quelque temps auparavant.  Cette pierre était utilisée dans la construction des cadres et les architraves et est encore présente de nos jours dans les vieilles maisons et vieux palais des villages et villes environnants.

Très étonnante est la méthode pour tailler cette pierre. Les différentes couches étaient inclinée au-delà de 45°. Et le détachement du matériel par blocs était pratiqué avec de gros burins qui ont laissé encore des traces bien visibles dans les grottes. Le travail devait être exécuté en prenant soin de laisser des colonnes inclinées de façon à soutenir la voûte. C’est pour cette raison que l’on peut admirer de suggestives cavités artificielles distribuées le long de la gorge du torrent. Au fond coule un tourbillonnant et bruyant torrent le long duquel a été construit un parcours bien équipé.

Le parcours proposé est particulièrement suggestif. Le départ est prévu au Centre des visites (avec toilettes, petit bar et centre d’informations). Vous empruntez le sentier aménagé qui suit le torrent le long de la route départementale, traversez une passerelle piétonne et parcourez une petite route terrassée qui vous mènera aux grottes et passez ensuite sous le pont en pierre sur le coté droit du torrent Caglieron. Plus loin toujours du coté droit, vous pourrez découvrir une grande grotte appelée « grotta dei Breda » avec un ample portique naturel et les caractéristiques colonnes inclinées qui soutiennent le plafond formé par plusieurs couches d’arénifère. Une fois passé le petit pont rustique vous trouverez en face sur la droite une grotte où l’on fait affiner « le fromage de grotte » qui a une saveur et des arômes particuliers dus au microclimat de la grotte.  

En suivant le parcours vers le bas, on peut admirer une grande marmite creusée par les eaux tourbillonnantes qui précipitent juste au dessous du petit pont et plus en aval la partie naturelle du gouffre qui constitue la grotte même. Deux grandes cavités artificielles s’ouvrent à droite et à gauche du pont.

En descendant, vous reprendrez le sentier aménagé. Ce dernier est très suggestif car il semble suspendu sur les cascades et les marmites. Après ce bref parcours, vous apercevrez de nouveau la lumière du jour.  Les passerelles longent une paroi riche de Cheveux de Vénus (adiantum capillus-veneris L.), une fougère typique des roches à stillation. Il y a aussi un autre type de fougère (Cyrtomium fortunei J.Sm.), une espèce exotique d’origine asiatique provenant de la Chine orientale, la Corée et du Japon. Cette dernière est utilisée comme plante ornementale et naturalisée le long des rochers humides et ombragés.

Une fois à l’extérieur des grottes, vous pourrez visiter deux moulins. Le premier remonte au XVIème siècle. Il a été reconverti en restaurant. Le deuxième par contre a une grande roue qui fonctionne encore et il est utilisé pour des expositions. Près du restaurant, un sentier grimpe le long de la colline où sur la droite se trouve le « Borgo dello Scalpellino » lieu surnommé « bourg du tailleur de pierre », composé de deux maisons rurales qui était probablement habitées par des tailleurs de pierre qui travaillaient dans les grottes-mêmes.

Le long du parcours, on peut admirer aussi de petites sources qui se fraient un chemin parmi les rochers à l’extérieur comme à l’intérieur des grottes. L’eau possède un très grand contenu de calcaire qui, une fois redéposé forme d’amples surfaces de concrétions. Là où la lumière se refait plus forte, le travertin se laisse admirer aux dépends des mousses, des fougères et d’autres résidus végétaux recouverts par le calcaire. Ensuite, des galeries naturelles se sont formées à l’intérieur des grottes artificielles assez intéressantes pour être parcourues par des spéléologues. Dans les cours d’eau, on a trouvé le Niphargus un petit crustacé aveugle, dépigmenté typiquement hypogé.

Compte tenu de la température ambiante dans les zones les plus profondes des grottes et la progressive diminution de la lumière on peut observer une série de micro-organismes d’intérêt biologique.

Les grottes du Caglieron sont très appréciées en été car il y fait frais et en hiver pour les merveilleuses cascades de glace qui sont des points de référence pour les laboratoires d’éducation environnementale des écoles. Enfin, pendant les soirées d’été, les grottes se transforment en un scénario suggestif pour le bonheur des artistes et des spectateurs qui participent aux différents spectacles.

Accetta i cookies in francese